Nos amis

Nos amis nous parlent du monde. Ils nous disent sa splendeur et son étrangeté, nos amis décrivent sa beauté, son intelligence, ses violences et ses batailles.

Nos amis sont extraordinaires, ils ont une âme. Ils nous racontent qu’une alouette chante si haut qu’elle en est presque hors de notre vue. Ou peut-être pas. Nos amis nous encouragent à faire entrer le ciel merveilleux dans nos têtes. Ils nous expliquent que nos têtes sont assez grandes pour contenir le ciel tout entier.

Nos amis nous parlent de singularité. Quel mot ! Joli à voir, joli à entendre. Ils nous murmurent aussi que son sens est beau parce qu’il aide à être heureux avec encore plus d’intensité.

C’est ce que nous disent Evgueni, Gisèle, Eulalie et Eddie, c’est ce que nous raconte Toni et ses rêves de chute dans le Lac Léman, c’est ce que chuchotent Charlotte et Mona, c’est ce que chante Antoine lorsqu’il regarde sa mère se promener sous la pluie.

Il y a l’univers tout entier dans les destinée de Peter Petons ou de Christopher Scott, il y a la vie malgré tout dans les larmes d’Anna et Jakob ou de Lou et Fanny, il y a les combats de Linka, et ceux des enfants si vaillants de Marlot, il y a la course effrénée d’Antoine et Tony. Nos amis, Maud et Pierre, Mousse ou Mathilde, P’tit Marcel, Anton, Sacha ou Sandra, Sidonie et Rebecca, Kai, Ulysse, Mona et Elsa, Fantoccio, Sauveur , tous, nous disent que la vie est complexe, drôle, impétueuse, énigmatique, légère. Qu’il faut du courage et de l’énergie pour l’affronter, qu’il faut sourire et s’étonner devant elle. Qu’un livre chante, tonne, dérange, confronte, rassure. Nos amis, Charlotte et son petit frère Loïc nous l’ont soufflé et dans son chœur, Syril et Zoé, Lucile, Carlotta, Geneviève, Enid, Hortense, Bettina et bien d’autres encore. Nos amis sont aussi des chiens, des chats et même des lionnes. Nos amis Tal, Naïm, Chems, Louise, Séraphine et Bjorn sont courageux, nos amis sont vaillants.

Nos amis sont des oiseaux, ils volent, font leurs nids, élèvent leurs petits et chantent jusqu’à la fin des temps. Ils parlent pour nous. Ils parlent de nous.

Nos amis sont beaux et infiniment nous remercierons Geneviève et Chloé de nous les avoir présentés. Sans elles, nous aurions été seuls, nous n’aurions pas entendu l’oiseau chanter.

A l’Ecole, nous avions des amis si chers qu’il nous venait l’envie de les tutoyer ou de les cajoler parce qu’eux-mêmes le faisaient.

A l’Ecole nous aimerions que rien ne change et que tout puisse évoluer. C’est ce que nos amis nous ont enseigné.

Et si cette année, le printemps ne revenait pas ? Si quelque chose d’affreux était arrivé aux saisons pour une terrible raison ? Nos amis pourront-ils chanter à nouveau ?

Auteur secret

Advertisements