CÉSAR & ROSALIE – Arnaud Cathrine

C’est bien connu : « Il faut rendre à César ce qui appartient à César. »

Mais quid de Rosalie?

Rosalie, on ne lui rend rien.

« Rendre à Rosalie ce qui appartient à Rosalie », c’est d’abord la nommer: Geneviève Brisac. Et nommer celle qui nous a également accompagnés et portés dans l’aventure de nos livres: Chloé Mary.

J’ai publié dix romans à l’Ecole des loisirs. Je ne les y ai publiés que parce que Geneviève en était l’éditrice. Je ne les ai écrits que parce que Geneviève m’en avait insufflé le désir. Et j’ai découvert que la littérature jeunesse était littérature grâce aux livres publiés par Geneviève.

Le maître-mot, c’était d’être fidèle à la vie, or la vie est plus complexe que le vœu commerçant formulé récemment par la « nouvelle » et méconnaissable Ecole des loisirs: mettre en scène prioritairement des « héros positifs et entreprenants ». Nos héros et nos héroïnes à nous ont toujours pris le droit de faire la gueule à leurs heures et de zoner. Plus sérieusement, on sait bien ce que signifie cette injonction: revenir à des livres mièvres et gantés; en un mot: pédagogiques. Et vendre. Vendre.

J’ai été heureux de publier à l’Ecole des loisirs et de travailler avec son équipe. Mais, pour moi, l’Ecole des loisirs, c’est Geneviève. Sans cette rencontre, sans cette magnifique bibliothèque qu’elle a bâtie, sans ces auteurs qu’elle a réunis, non, je n’aurais vraisemblablement jamais écrit un seul livre pour la jeunesse. C’est pourquoi je me glisse ici pour la remercier et déplorer qu’elle le soit – remerciée (mais à un tout autre sens du terme) – par cette école qui n’est pas celle que j’ai aimée.

Arnaud Cathrine a publié une vingtaine de livres aussi bien pour adultes que pour adolescents. Par ailleurs, il est scénariste, parolier et il adapte souvent ses textes pour la scène, notamment avec le chanteur Florent Marchet. 

Advertisements